TRADITIONS

Les recettes familiales et locales, les fêtes de village, les carnavals et autres manifestations autour des géants rythment les jours de l'année et dessinent le visage d'un territoire aussi sûrement que sa géographie physique, ses routes ou ses monuments.
La fierté d'habiter le Nord, le Cambrésis, le Pays solesmois, sa commune, tient beaucoup à ces traditions parfois plus que centenaires, qui rassemblent et fédèrent les habitants et entretiennent sa réputation d'accueil et de convivialité.

LE LANCER DE SAURETS

A l'époque médiévale, le hareng est un aliment riche qui a l'avantage de pouvoir être consommé toute l'année, même en période de carême.
Il a sauvé de la famine bien des régions en période de mauvaises récoltes, et des distributions de poissons avaient lieu jadis, par charité, dans certaines paroisses.

CARNAVAL DE SOLESMES


"Le Solesmois « homme libre et rebelle à l’esclavage », célèbre le carnaval comme le firent ses ancêtres, attachés aux coutumes. Parmi elles, celle de la « seringue » fait revivre un épisode de l’histoire locale en ce chef-lieu de canton du Cambrésis. Sa source, si l’on peut dire, se situe dans un ruisseau, le Béart, qui naît et meurt à Solesmes, en se jetant dans la Selle, un affluent de l’Escaut. Au temps jadis, un seigneur, répondant à la demande des moines d’une abbaye, envoya ses gens d’armes pour ravir des terres et détourner la rivière du Béart. Refusant d’utiliser des armes meurtrières, Solesmois et Solesmoises remplirent leurs baquets d’eau claire et arrosèrent les intrus à l’aide de seringues, que l’on imagine être des poires à lavement pour bestiaux. Cette résistance entra dans la légende.

Au Carnaval, le Lundi et Mardi gras, les Solesmois prirent l’habitude de se promener en ville, travestis et masqués, brandissant leurs seringues, d’une contenance d’environ deux litres, pour arroser les uns et les autres. On tenta en vain d’interdire cette pratique qui ne pouvait pas évidemment plaire à tout le monde, surtout aux « arrosés » ! La coutume fut interdite en 1908 mais l’année suivante les seringueux redoublèrent d’activité pour ridiculiser l’interdiction qui resta lettre morte. En 1953, la tradition est encore mieux exprimée par la confection d’un géant de cinq mètres, Barbari. Pesant environ 450 kilos et, il se déplace sur une plate-forme tractée à la main. Entouré de ses seringueux, le géant, masqué d’un loup noir, tient à deux mains un clystère usiné de sa taille. Il est vêtu d’un pantalon bleu, haut de trois mètres, tenu par une ceinture rouge, et d’une chemise blanche. Barbari sort généralement durant les fêtes du carnaval et au défilé de l’Ascension. Les compositeurs lui ont troussé quelques hymnes, parfois en patois : »L’Cainchon d’Barbari », »La légende des seringueux, « La Marche des seringueux ». Nullement casanier, Barbari voyage volontiers avec son groupe, se déplaçant en différentes régions de France, passant même les frontières. Pour lui éviter d’être accroché et détérioré par les fils acariens et par les banderoles, Barbari est doté d’un ingénieux système qui le fait basculer en arrière lors des passages délicats" (extrait Office de tourisme du Cambrésis)

SPÉCIALITÉS

Le waré est une tourte aux poireaux remise au goût du jour par l'Association des gourmets du Pays Solesmois.
Elle organise chaque année un salon de la Gastronomie à Solesmes en mars.

LES GÉANTS

C’est dans notre région que la tradition des Géants est la plus vivace, bien qu’elle ne soit pas la seule à les glorifier ! Datant du XVIème siècle, sans doute originaire d’Espagne, elle jouit désormais d’une reconnaissance internationale puisque les Géants (et les Dragons processionnels) de Belgique et de France sont inscrits au patrimoine culturel immatériel de l’Humanité par l’UNESCO.

Le Géant peut être un homme ou une femme. Il lui arrive de se marier, de fonder une famille. Son poids de 100 à 150 kg l’oblige à trouver porteurs à sa mesure. Il peut néanmoins être déplacé sur un char ! Le Géant peut se balancer, tourner la tête, se pencher, bref devient une marionnette immense à figure humaine. On le voit mettre le nez dehors lors des fêtes de village ou manifestations carnavalesques...qui ne manquent pas ici !Depuis quelques années certaines communes du Pays solesmois ont contribué à la naissance de nouveaux Géants. Même les élèves du collège Saint-Exupéry de Solesmes s’y sont mis, avec l’aide d’une artiste, pour créer Antoine, Géant adolescent à leur image.Le 1er « Petit bal des Géants » les réunira le 13 septembre 2013 à l’occasion du lancement de la saison culturelle. Qu’on se le dise !

SAINT-MARTIN-SUR-ECAILLON

Le premier dimanche de juillet

Géant : Pierre le Boulanger

Fête champêtre
Le pavé du Crocheteux est proposé à cette occasion.



SAINT-PYTHON

Le premier dimanche de septembre

Géant : Jennifer, la lavandière

La fête des Culs de Caudrons.









SAULZOIR

Géant : Valentin le Jardinier

 








SOLESMES

Carnaval de Solesmes(Mardi gras)

Géant : Barbari le Seringueux

 












Géant :
Antoine

(Collège Antoine de Saint-Exupéry de Solesmes)






VIESLY

Géant : Aglaë, la Fileuse de Lin






ESCARMAIN

Géant : Jean Loup